Rhumatisme articulaire aigu

Écrit par les experts Ooreka

C'est le streptocoque qui est responsable du RAA.

Le rhumatisme articulaire aigu (RAA) ou maladie de Bouillaud est une arthrite aseptique au même titre que la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, l'arthrite psoriasique ou l'arthrite réactionnelle.

Rhumatisme articulaire aigu : pays voie de développement

Cette forme d'arthrite est grave, car elle met le pronostic vital en jeu en entraînant des pathologies des valves cardiaques.

Le rhumatisme articulaire aigu est consécutif à une infection des voies aériennes supérieures par le streptocoque bêta-hémolytique du groupe A (SGA).

Dans les pays en voie de développement surtout

Cette arthrite est 100 à 200 fois plus présente dans les pays en voie de développement que dans les pays développés.

Elle provoque la mort de nombreuses personnes de moins de 50 ans.

En Polynésie ou dans certaines régions des Antilles par exemple, le RAA est particulièrement virulent du fait de la répétition des épisodes infectieux non traités qui vont entraîner de sérieux problèmes cardiaques.

En France métropolitaine, en revanche, cette maladie ne se rencontre presque plus jamais.

Population la plus touchée : enfants de 5 à 15 ans

Le rhumatisme articulaire aigu touche en majorité les enfants et les adolescents :

  • sans distinction de sexe,
  • âgés de 5 à 15 ans et plus particulièrement ceux qui ont 8 ans.

Dans les pays en voie de développement, le RAA touche aussi des adultes, mais il est plus difficile à diagnostiquer, car d'autres maladies articulaires peuvent être à l'origine des douleurs inflammatoires ressenties.

À noter : dans ces pays, le RAA est même la principale cause des maladies cardiovasculaires, à cause des complications qu'il entraîne.

Cause du RAA : une angine à streptocoque mal traitée

Le RAA est une arthrite qui survient 2 à 3 semaines après une angine bactérienne mal traitée au cours de laquelle le streptocoque bêta-hémolytique de groupe A (SGA) était impliqué.

À noter : les angines à streptocoques représentent environ 20 % des angines.

Un dysfonctionnement immunitaire après plusieurs infections à SGA

Les malades ayant subi plusieurs infections à SGA risquent de voir survenir un dysfonctionnement de leur système immunitaire.

Ce système de défense va :

  • lutter contre le streptocoque avec retard,
  • se retourner contre le corps du patient lui-même (en particulier contre les membranes synoviales des articulations).

Antécédents de RAA : 50 % de récidives

Le risque de développer un RAA est plus important chez les enfants ayant déjà eu un épisode de la maladie (surtout dans les 3 mois précédents).

Lorsque quelqu'un a déjà eu un RAA, en cas de nouvelle infection streptococcique, il aura 50 % de chances d'en redévelopper un.

Au cours de ces récidives, les risques d'atteintes cardiaques et leur gravité augmentent.

Prévention efficace contre le rhumatisme articulaire aigu

La prévention permet d'éviter ces complications.

Généralement, le simple fait de traiter correctement une angine bactérienne en éliminant le streptocoque suffit à éviter de développer un RAA dans les semaines qui suivent.

Symptômes : fièvre forte, polyarthrite, etc.

Il faut distinguer les symptômes habituels des symptômes plus rares.

Rhumatisme articulaire aigu : symptômes habituels

Les symptômes habituels du RAA sont :

  • une polyarthrite (inflammation de plusieurs articulations) intense, migrante et touchant surtout :
    • le genou,
    • la cheville,
    • le coude,
    • le poignet,
  • une fièvre supérieure à 39 °C,
  • une atteinte inflammatoire au niveau des tissus cardiaques,
  • des mouvements désordonnés (chorée) qui cessent au repos.

Des symptômes plus rares dus au RAA

Beaucoup plus rares, des signes cutanés et digestifs peuvent être présents :

  • éruptions cutanées passagères (tâches rouges et arrondies),
  • nodules sous-cutanés indolores,
  • douleurs abdominales (diarrhée, constipation parfois),
  • nausées et de vomissements.

Attention ! Chez l'adulte, on note que lors de la poussée rhumatismale, celle-ci prédomine largement sur les symptômes cardiaques.

Les atteintes articulaires disparaissent et n'entraînent aucune séquelle.

En revanche, l'inflammation de l'endocarde est la séquelle principale qu'est susceptible d'entraîner le SGA.

Cette inflammation débouche sur un rhumatisme cardiaque chronique.

Complication du RAA : l'atteinte cardiaque

L'atteinte cardiaque intervient rapidement : entre la 1re et la 2e semaine après le début de la maladie.

Dès l'apparition des premiers signes cliniques on retrouve des lésions cardiaques à l'imagerie (échographie cardiaque) :

  • d'abord, une insuffisance valvulaire (défaut d'étanchéité des valves cardiaques qui doivent normalement éviter le reflux du sang) : cette péricardite peut disparaître une fois l'inflammation terminée,
  • ensuite se met en place une sténose de la valvule mitrale (obstruction de l'orifice), très significative du RAA.

Cette valvulopathie est définitive 3 fois sur 4.

Traitement du rhumatisme articulaire aigu : en urgence

Le RAA est une urgence médicale en raison de la mise en jeu du pronostic vital : l'hospitalisation est généralement nécessaire.

Le traitement se fait par antibiotiques :

  • il vise à éliminer le streptocoque et à limiter les récidives,
  • il n'a en revanche aucun effet sur la pathologie cardiaque.

Le traitement anti-inflammatoire, lui :

  • lutte contre les douleurs liées à l'inflammation,
  • et vise à enrayer l'atteinte cardiaque.

Le traitement dure :

  • 6 semaines s'il n'y a pas d'atteinte cardiaque,
  • 3 mois en cas d'atteinte cardiaque.

Le repos fait partie du traitement : il est particulièrement nécessaire en cas de symptômes cardiaques.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !