Arthrite virale

Écrit par les experts Ooreka

L'arthrite virale est due à un virus.

L'arthrite virale est une arthrite septique, tout comme :

Arthrite virale : l'action des virus

Les arthrites virales font partie des arthrites septiques. En effet, les virus sont eux aussi susceptibles de provoquer des arthrites :

  • comme les bactéries, ils vont atteindre une articulation et générer une inflammation en affectant la membrane synoviale,
  • ils entraînent une infection systémique : c'est-à-dire qu'ils vont toucher l'organisme tout entier, mais se manifester dans les articulations en particulier.

Les virus peuvent également susciter une réponse immunitaire mal organisée qui va se retourner contre le corps lui-même.

Des symptômes visibles après 72 heures au minimum

Les symptômes articulaires dus à une infection virale ne se manifestent généralement pas immédiatement :

  • il faut au moins 72 heures pour qu'apparaissent les premiers signes d'arthrite marqués,
  • dans certains cas (notamment après un vaccin), ce n'est qu'un mois et demi plus tard que se manifesteront les douleurs articulaires.

En cas d'arthrite septique, on va se retrouver face à :

  • une arthrite débutant brutalement,
  • une arthrite de durée brève (bien qu'il existe des formes qui durent des mois),
  • une éruption cutanée (fréquente),
  • l'absence de récidives.

Attention ! Les arthrites virales laissent apparaître des symptômes similaires à ceux qu'on peut observer dans le syndrome de fatigue chronique (encéphalopathie myalgique).

Les malades peuvent présenter un certain nombre de symptômes annexes :

  • légère fièvre,
  • maux de tête,
  • douleurs musculaires (type fibromyalgie),
  • asthénie (fatigue intense), etc.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Les virus impliqués dans l'arthrite virale

De nombreux virus peuvent être impliqués dans une arthrite virale.

Parmi les plus fréquents, on retrouve :

  • la rubéole,
  • les hépatites (souvent),
  • le parvovirus,
  • le sida.

La rubéole : enfants et adolescents surtout

Ce virus (de la famille des Togavirus) a une durée d'incubation allant de 15 jours à 3 semaines.

La rubéole touche préférentiellement les enfants et les adolescents bien qu'elle puisse se retrouver chez les adultes.

ARTHRITE VIRALE : VIRUS DE LA RUBÉOLE
SYMPTÔMES GÉNÉRAUX
  • Les symptômes sont généralement plus marqués chez les adultes avec :
    • des pathologies ORL (angines, rhumes, etc.),
    • des maux de tête
    • une fièvre d'importance variable,
    • des douleurs musculaires,
    • des nausées et des vomissements,
    • un gonflement des ganglions (adénopathie),
    • des symptômes ophtalmiques (brûlures particulièrement importantes).
  • Chez l'enfant aussi on retrouve une adénopathie (grossissement d'un ganglion lymphatique) particulièrement marquée au niveau de la tête et du cou.
  • Une importante et brève éruption cutanée (rash) peut apparaître dans les quelques jours suivants.
SYMPTÔMES ARTICULAIRES
  • L'arthrite qui résulte de la rubéole a souvent lieu en même temps que le rash (plus rarement quelques jours avant ou après).
  • Les douleurs articulaires dues à ce virus sont rares chez les plus jeunes : elles concernent surtout les femmes de moins de 40 ans.
  • Il s'agit d'une polyarthrite des petites articulations :
    • très douloureuse,
    • brutale,
    • bilatérale,
    • symétrique.
  • L'arthrite entraîne un réveil nocturne et impose un dérouillage matinal.

L'arthrite virale et les virus des hépatites

Les virus des hépatites sont souvent impliqués dans les arthrites virales.

ARTHRITE VIRALE : LES VIRUS DES HÉPATITES

TYPE DE VIRUS CARACTÉRISTIQUES SYMPTÔMES
Hépatite B
  • La plus fréquente des hépatites à entraîner des réactions articulaires est l'hépatite B.
  • Les symptômes arthritiques ne se manifestent que dans 10 à 25 % des cas d'hépatite B quoiqu'ils soient plus communs dans les hépatites B chroniques.
  • Provoque une arthrite :
    • aigüe qui se manifeste 2 semaines avant qu'apparaisse un ictère (jaunisse),
    • bilatérale,
    • touchant surtout les extrémités, mais également les coudes et les chevilles,
    • symétrique.
  • Ces douleurs sont généralement accompagnées par :
    • une crise d'urticaire,
    • des céphalées (maux de tête),
    • des nodules sous-cutanés (dans moins de 2 % des cas).
  • La raideur des articulations est importante le matin et fait penser à une polyarthrite rhumatoïde.
  • Selon certains auteurs, la vaccination contre l'hépatite B elle-même pourrait être responsable de poussées arthritiques :
    • soit elle augmente les arthrites préexistantes (polyarthrite rhumatoïde par exemple),
    • soit elle favorise l'apparition d'arthrites réactionnelles,
    • soit elle fait apparaître des arthrites dans des affections systémiques qui en sont habituellement dépourvues.
Hépatite A
  • Les atteintes articulaires sont encore plus rares en cas d'hépatite A.
  • Elles se retrouvent dans 5 à 15 % des cas et s'associent à :
  • un rash (importante et brève éruption cutanée),
  • une diarrhée.
Hépatite C
  • Douleurs articulaires dans 5 à 10 % des cas.
  • Il ne s'agit pas de véritables arthrites, mais davantage d'arthromyalgies (douleurs à la fois musculaires et articulaires).
Parvovirus B19
  • Le Parvovirus B19 (PVB19) se contracte habituellement très jeune (seuls 10 % des adultes présentent une primo-infection).
  • Très répandu : près de 70 % de la population adulte dispose d'anticorps dirigés contre lui.
  • Les manifestations articulaires sont exceptionnelles chez l'enfant, mais plus fréquentes chez l'adulte (60 % de femmes), l'âge moyen des malades étant de 35 ans (entre 20 et 50 ans).
Symptômes généraux :
  • un rash des membres (60 % des cas),
  • des symptômes grippaux (80 % des cas) avec :
    • fièvre,
    • maux de tête,
    • nausées, vomissements,
    • maux de ventre,
    • des douleurs articulaires (65 % des cas).
Symptômes articulaires :
  • douleurs polyarticulaires, bilatérales, symétriques,
  • touchent essentiellement les mains qui gonflent, mais également les pieds, les genoux, les poignets ou les chevilles,
  • associées à des synovites (inflammation de la membrane synoviale),
  • associées à des ténosynovites des muscles fléchisseurs des doigts.
À noter : on observe un important dérouillage matinal et une impotence fonctionnelle marquée.
Sida
  • Le virus du sida (syndrome de l'immunodéficience acquise) peut entraîner une atteinte articulaire.
  • Celle-ci est présente dans 60 à 70 % des cas, essentiellement chez des hommes avec :
    • une monoarthrite,
    • une atteinte des genoux et des chevilles,
    • une évolution brutale.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Diagnostic de l'arthrite virale : questions et examens

Le diagnostic d'arthrite virale se fait :

  • habituellement : à partir d'un simple questionnement sur les conditions d'apparition des douleurs,
  • dans certains cas plus compliqués : à l'aide d'examens complémentaires.

Anamnèse : un dialogue avec le patient pour établir le diagnostic

Pour diagnostiquer une arthrite virale, comme souvent, l'anamnèse (interrogatoire) est un élément clé. Elle a pour objectif :

  • de retrouver l'origine du virus (crèche, établissement scolaire, centre de loisirs, etc.),
  • de rechercher les éventuelles transfusions sanguines ayant eu lieu dans les semaines précédentes,
  • de savoir si un voyage à l'étranger a eu lieu et si une vaccination a été nécessaire,
  • de déterminer si une infection virale a pu se faire (toxicomanie par exemple).

Les symptômes à eux seuls peuvent permettre de poser un diagnostic d'arthrite virale, par exemple :

  • un contexte épidémique,
  • une arthrite,
  • une éruption cutanée,
  • une légère fièvre.

Examens complémentaires : ponction articulaire et biologie

Il existe toutefois des formes atypiques dans lesquelles l'arthrite est pratiquement isolée.

Dans ce cas, il faut pratiquer des examens complémentaires à la recherche d'un germe ou d'un virus :

  • la ponction articulaire, lorsqu'elle peut être pratiquée, donne à voir :
    • un liquide inflammatoire,
    • une absence de germes,
    • une absence de microcristaux,
    • parfois (rarement), des particules virales.
  • la biologie permet de poser le diagnostic : les sérologies devront être répétées pour plus de certitude.

Évolution de ce type d'arthrite : pas dangereuse

L'arthrite virale n'est pas trop dangereuse :

  • elle n'entraîne pas de destruction articulaire ou osseuse,
  • le pronostic est généralement bon.

L'évolution ne sera pas la même selon le virus en cause :

  • Rubéole : l'atteinte articulaire dure rarement plus de deux semaines.
  • Hépatite B : les douleurs articulaires ressenties disparaissent à l'apparition de l'ictère.
  • Hépatite C : des arthrites chroniques peuvent s'installer.
  • PVB19 : l'arthrite est en règle générale passagère (quelques semaines tout au plus), de faible importance et n'entraîne pas de séquelles.
  • Sida : l'évolution des douleurs articulaires est positive en quelques semaines.

Pas de traitement pour l'arthrite virale

Il n'existe pas de traitement spécifique pour les arthrites d'origine virale.

Le traitement est symptomatique.

On peut prescrire :

  • des anti-inflammatoires,
  • des antalgiques.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
stéphane roux

aide au changement par l' hypnose ericksonienne

Expert

virginie pagnier

sophrologue, hypnothérapeute, kinésiologue, | centre de sophrologie et bien être

Expert

thomas lagrange

ostéopathe à montpellier, quartier antigone | thomas lagrange ostéopathe

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !