Sommaire

 

Un épanchement correspond au passage de liquide ou de gaz au sein d'une zone de l'organisme qui ne devrait pas en contenir. On vous dit tout ce qu'il faut savoir sur ce phénomène qui englobe de nombreuses pathologies dans cet article !

Épanchement : définition

Un épanchement désigne le passage anormal de liquide ou de gaz dans une zone de l'organisme, comme les cavités formées par les enveloppes séreuses (plèvre, péritoine, péricarde, vaginale, testiculaire) ou les cavités articulaires.

Si un épanchement peut être liquidien ou gazeux, les épanchements liquidiens sont de plusieurs types. On distingue :

  • les transsudats, qui résultent du passage de liquide à partir d'autres tissus vers la cavité ;
  • les exsudats, liquides riches en protéines et en leucocytes ;
  • les épanchements purulents, hémorragiques, et chyleux (triglycérides).

Mécanismes des épanchements

Un épanchement peut résulter de plusieurs mécanismes : traumatisme, réaction inflammatoire (augmentation de la perméabilité capillaire à l'eau), infection, ou encore anomalie du drainage lymphatique de la cavité (traumatisme, obstacle).

L'épanchement peut également résulter de phénomènes chimiques et mécaniques bien particuliers :

  • phénomène oncotique comme dans les insuffisances rénales : lorsque le plasma est faible en protéines, l'eau sort des vaisseaux et va vers les tissus environnants ;
  • phénomène hydrostatique, que l'on retrouve dans les insuffisances cardiaques : en cas d'augmentation de la pression à l'intérieur des vaisseaux sanguins, l'eau quitte le secteur vasculaire pour le milieu interstitiel.

Il peut aussi survenir suite au passage d'air par une brèche de la séreuse (pneumothorax), ou par perforation d'organe creux (pneumopéritoine).

Dans certains cas, aucune cause n'est retrouvée, l'épanchement est dit idiopathique.

Exemples d'épanchements

Épanchement articulaire

L'épanchement articulaire touche principalement l'articulation du genou.

Lorsqu'il est causé par un traumatisme, on parle d'hémarthrose (épanchement sanglant). Mais il peut aussi être déclenché par une poussée d'arthrose ou par une maladie inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde ou les arthropathies micro-cristallines (goutte, chondrocalcinose).

Il existe aussi des épanchements articulaires infectieux, on parle alors d'arthrite septique.

Épanchement pleural

La plèvre est la séreuse qui recouvre les poumons. Les causes d'épanchement pleural liquidien sont variées. Outre les causes traumatiques et idiopathiques, les épanchements pleuraux sont catégorisés en transsudats et en exsudats :

  • les transsudats résultent de pathologies spécifiques telles que l'insuffisance cardiaque congestive, l'insuffisance rénale, le syndrome néphrotique et la cirrhose ;
  • les exsudats donnent des pleurésies et sont synonymes d'une maladie pleurale ou pulmonaire : infection, tumeur, maladies inflammatoires (lupus, polyarthrite rhumatoïde).

Un épanchement pleural gazeux est appelé pneumothorax. Il peut être provoqué par un traumatisme, mais il arrive qu'il survienne de manière spontanée, en particulier chez les hommes grands, maigres et fumeurs. Enfin, il est parfois secondaire à certaines maladies (emphysème, bronchite chronique).

Épanchement péricardique (péricardite)

Le péricarde est l'enveloppe qui contient le cœur.

Les causes de péricardite sont diverses, on peut citer les infections, les tumeurs thoraciques, l'infarctus du myocarde, la radiothérapie, et enfin certaines maladies générales. Un épanchement péricardique peut aussi se déclarer dans un contexte traumatique ou chirurgical.

Épanchement péritonéal

Le péritoine entoure la cavité abdominale et ses viscères (tube digestif, estomac, foie, tube digestif, rate, ovaires).

L'épanchement péritonéal liquidien est appelé ascite. Les causes d'ascite sont variées :

  • causes péritonéales : infection, cancer (métastases) ;
  • causes extra-péritonéales : cirrhose du foie, insuffisance cardiaque, cancer digestif ou gynécologique, infection (tuberculose, péritonite).

Un épanchement péritonéal gazeux est un pneumopéritoine, il signe une rupture d'organe creux compliquant une infection (sigmoïde) ou un ulcère (estomac, intestin grêle).

Un épanchement péritonéal sanglant (hémopéritoine) survient dans le cadre d'une hémorragie digestive ou d'un traumatisme.

Hydrocèle

Une hydrocèle est un épanchement de liquide dans la vaginale testiculaire, l'enveloppe tout autour du testicule. Elle peut être réactionnelle à certaines pathologies (traumatisme, cancer du testicule, infection) mais elle est souvent idiopathique.

Symptômes d'un épanchement

Les symptômes dépendent de la localisation et de la cause de l'épanchement :

  • L'épanchement pleural et la péricardite sont responsables de douleurs thoraciques, d'une gêne pour respirer (dyspnée), d'une toux, et d'anomalies à l'auscultation.
  • Un épanchement articulaire entraîne une douleur et un gonflement de l'articulation. En cas d'ascite, l'abdomen est distendu, avec parfois des douleurs abdominales. L'hydrocèle est suspectée devant une grosse bourse.

Enfin, en cas de cause infectieuse, des signes généraux sont présents comme une fièvre ou une altération de l'état général.

Examens complémentaires des épanchements

La confirmation du diagnostic se fait sur les examens d'imagerie et de biologie.

Les radiographies simples telles que le scanner (thorax, abdomen) ou l'échographie (cœur, abdomen, testicule) permettent de confirmer l'épanchement et d'en préciser l'étendue et les conséquences. L'analyse du liquide est souvent nécessaire dans les épanchements pleuraux et articulaires ainsi que dans l'ascite.

Complications des épanchements

Selon sa localisation, sa nature et son volume, un épanchement peut engendrer des complications, parfois sévères.

Un sepsis (infection généralisée à tout l'organisme) peut survenir en cas de cause infectieuse ou de surinfection de l'épanchement. Il se traduit par une forte fièvre doublée :

  • d'une respiration accélérée : plus de 22 cycles par minute ;
  • d'une chute de la tension artérielle (pression systolique inférieure à 10) ;
  • d'une altération de la conscience : propos incohérents, perte du sens de l'orientation dans le temps ou l'espace, hallucinations, perte de reconnaissance des proches, somnolence ou au contraire agitation.

En cas d'épanchement volumineux, les conséquences sont variables et souvent graves :

  • compression des cavités cardiaques droites à l'origine d'une défaillance cardiaque (pneumothorax, péricardite) ;
  • détresse respiratoire (pleurésie, ascite) ;
  • anémie par perte sanguine en cas d'épanchement hémorragique (hémopéritoine, hémothorax).

Traitement de l'épanchement

Le traitement est variable selon la localisation et la cause de l'épanchement et peut comporter :

  • un drainage (non systématique) ;
  • le traitement de la cause : antibiotiques, chimiothérapie, arrêt d'un traitement anticoagulant, prise en charge d'une insuffisance cardiaque ou d'une insuffisance rénale, chirurgie ;
  • antalgiques, diurétiques et régime sans sel en cas d'ascite et anti-inflammatoires dans certaines péricardites.

Aussi dans la rubrique :

Symptômes & diagnostic

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider